En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Actualités

Niagara falls, on en a plein les yeux !!!

Par THIERRY LANGEVIN, publié le jeudi 15 octobre 2015 22:28 - Mis à jour le samedi 17 octobre 2015 19:26

Ce matin, départ du lycée avec 33 élèves puisque 7 Américains nous accompagnent. Nous prenons le schoolbus nous emmène jusqu’aux chutes du Niagara en passant par Buffalo (la ville des bisons « bœuf-à-l’eau »). D’ailleurs, pas de Buffalo grill à Buffalo car c’est une chaîne française donc les Américains ne la connaissent pas !!

Nous arrivons à Niagara falls sous un temps très gris et un peu tempétueux… Au départ, la déception nous gagne car nous n’accédons pas au bord de la falaise pour voir les chutes du haut de goat island : en effet, tout est en travaux et nous sommes au loin derrière des grillages. Seule Maria avec sa perche téléscopique parvient à prendre en photo les chutes. Mais pas de panique, nous pouvons encore voir les chutes du côté Américain comme le « voile de la mariée ». Nous en profitons pour faire quelques photos de groupe.

Puis c’est l’heure de « cave of the wind ». Première étape : entrée dans les vestiaires pour mettre de magnifiques chaussures en mousse, avec de jolies brides en plastique. Etape 2 : descente en ascenseur jusqu’au bas des chutes (51m). Etape 3 : habillage version jaune poussin avec de splendides ponchos. Nous n’avons plus des élèves mais plutôt des « chicks », et une sacrée brochette ! Etape 4 : ça y est, nous sommes prêts pour affronter les chutes et aller les voir au plus près. Evidemment, nous n’allons pas passer en dessous car le débit est quand même de 5720 mètres cube par seconde mais nous nous approchons suffisamment pour être bien trempés ! Heureusement que nous avons notre poncho « poussin » et nos fabuleuses tongs ! En fait, on est parfois tellement arrosés qu’on en a du mal à voir réellement les chutes. Un aspect très impressionnant est le son que dégagent les chutes, on se sent petits face à cela.

 

Une fois remontés par l’ascenseur, nous allons prendre notre pique-nique de l’autre côté de Goat Island. Après avoir averti les élèves du danger que représentent ici les mouettes pour leur nourriture, et une démonstration de comment on effraie les mouettes par Mme Bellanger, tout se passe finalement très bien. La découverte du pique-nique est pour certains une aventure en elle-même. En effet, certains mangent des crackers au cheddar trempés dans du beurre de cacahuète, d’autre un sandwich « jelly confiture de fraise-beurre de cacahuète », d’autres encore découvrent des raisins sans pépin ou des cerises sans noyau !!!

Une fois l’estomac bien rempli, nous continuons nos aventures avec « maid of the mist ». Nous allons nous approcher en bateau au plus près des cascades. Au départ, nous sommes sur un ponton en haut des chutes. Ca donne le vertige à certains mais la vue est magnifique sur l’ensemble. Le temps est de plus en plus clément, et nous prenons une photo de groupe. Mme Sireau-Lesot doit alors penser qu’elle manque de hauteur et monte sur les épaules de M.Hall… Quelle drôle d’idée, un peu plus et elle se scratchait du haut de ses deux mètres !

Une fois descendus par l’ascenseur, nous passons notre second poncho dans un style plus « aquatique » puisque cette fois il est bleu. Si vous prenez le bateau côté canadien vous êtes vêtus de rouge, et côté américain vêtus de bleu : peut-être est-ce un code pour si on tombe à l’eau ?? Ou alors c’est juste du patriotisme basique. Ici on affiche ses couleurs : le drapeau sur la voiture, dans chaque classe, sur le mat dans le jardin… Certaines familles d’accueil ont même mis le drapeau français dans leur jardin avec le drapeau américain pour signifier la présence de leur correspondant !... Bref, nous voici donc en bleu et certains élèves se mettent à chanter la chanson des schtroumpfs ! Que d’excitation dans l’air. Nous gagnons les chutes en bateau, envahis par la brume, le bruit des cascades, entourés de mouettes qui virevoltent autour de nous. Le bateau tangue, le vent se lève, nous sommes comme dans un ventilateur brumisateur géant !!! Que de sensations au pied des chutes !!! On a du mal à croire que certains aient pu survivre à une telle descente, ou même que de nombreux poissons fassent le grand plongeon « tranquilles » !

 

Retour à l’embarcadère et pause souvenirs. On n’en dit pas plus pour ne pas gâcher la surprise… Puis nous remontons dans notre bus pour rejoindre le Canada !!! Et oui, le saviez-vous, nous allons aussi au Canada !! Ici les élèves découvrent pour la plupart ce qu’est une frontière, car nous avons la chance de circuler librement en Europe sans passer par la douane ou le « border control ». Nous passons donc un par un devant un officier qui nous pose encore des questions et vérifie notre passeport avant de le tamponner. Certains élèves sont un peu perdus : doit-on vider son sac ? Jeter ses bouteilles d’eau ??? Enlever ses chaussures ?? On sent le traumatisme de vendredi revenir en flashback ! Mais non évidemment, on ne monte pas dans un avion ! La seule chose qui n’est pas autorisée au Canada est de venir avec une arme mais rassurez-vous, pour l’instant, aucun élève n’a acheté un souvenir de ce type.

Nous voilà donc au Canada, avec des feuilles d’érable rouges sur fond blanc partout !!! La ville de Niagara Falls en Ontario est comme un gigantesque parc d’attraction tournée autour de la principale attraction que sont les chutes. Mais vous y trouvez aussi des maisons d’horreur, le musée guinness des records, des cinémas en 3D, un lasergame, un mini-golf « dinosaures », un bowling, de nombreux hôtels, une grande roue, des restaurants et des boutiques de souvenirs, etc…

De notre côté, nous avons prévu de monter dans la Skylon tower. Du haut de ses 90 mètres, la vue est  exceptionnelle : et c’est Fanny qui nous réalise un fabuleux panorama, rien que pour vos yeux !!! C’est indescriptible : le soleil choisit en plus de percer à ce moment-là, et l’émotion gagne certains d’entre nous. On parvient même à voir la skyline de Toronto au loin, ce qui est un fait assez rare.

Après cette visite, nous regagnons Clifton Hill et ses attractions. Chacun peut disposer d’une heure trente dans les deux rues principales afin de profiter des lieux ou se reposer. Certains prennent un café comme Simon qui commande un « grand café » et se retrouve avec un café noir de la taille du soda du fast-food !!!

Le lac Erié se jette par la rivière Niagara dans le lac Ontario, avant de rejoindre l’Océan Atlantique au Canada. Au niveau des chutes du Niagara, la rivière se divise en deux parties autour d’une île avec d’un côté les chutes américaines (à gauche sur la photo) et de l’autre les chutes canadiennes en forme de fer à cheval.On comprend mieux de là-haut comment sont faites les chutes du Niagara, et on prend vraiment conscience d’être sur un site exceptionnel, grandiose. Un des premier lieux dont on apprend l’existence quand on est petit, et un nom qui reste en tête « les chutes du Niagara ». On vit un rêve éveillé.

 

Nous nous retrouvons à 18h30 pour un repas américain chez Wendy’s. Avant cela, Théophile décide de faire tester de super bonbons à Mme Sireau-Lesot. Celle-ci, suspicieuse, se laisse tenter après qu’il en ait lui-même mangé un… Il s’avérait que le bonbon avait un goût évidemment très étonnant !! Mais peut-être aurez vous la chance d’y goûter !

Les élèves choisissent un menu de hamburger et profitent de la chaleur des lieux et de l’ambiance « Las Vegas ». Certains dansent et chantent même : on les sent heureux. Ils sont conscients d’avoir une chance énorme.

Le soir, nous regagnons les chutes à pied sur l’avenue principale. Surprise, les chutes sont illuminées et la lumière change de couleur. On dirait de la glace, du milkshake ou de la guimauve coulant dans un seau. Mais le son nous rappelle que ça bouge. L’hiver, le dessus des chutes est parfois glacé et certains marchent même dessus…

 

Notre grande journée s’achève, on en a plein les yeux ! Nous retournons aux Etats-Unis, il faut garder son calme pour passer la frontière, c’est plus compliqué dans ce sens là. Puis la plupart des élèves s’endorment dans le schoolbus malgré les turbulences de ce car très peu confortable. Cela dit, le chauffeur est adorable et prend soin de nos élèves, discute avec eux et leur achète même des dépliants qui leur expliquent Niagara falls !

Deux heures plus tard nous sommes au lycée, il est 22h30 et tout le monde est très fatigué. A demain au lycée à 7h15 pour le serment au drapeau !

Pièces jointes