En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Actualités

Entre "cueva" et "costa"

Par ELIETTE SIREAU-LESOT, publié le vendredi 17 octobre 2014 11:14 - Mis à jour le vendredi 17 octobre 2014 11:14

Mercredi 15 octobre, nous partons sous la pluie à Santillana del Mar, um joli village médieval qui s'est agrandi au siècle dór, avec la découverte des Amériques et la richesse apportée par le commerce. Les habitants de Cantabrie disent qu'elle est la ville des trois mensonges car il n'y a à Santillana del Mar ni la mer (del mar), ni de saint (sant), et que c'est loin d'être plat (llana).

Ensuite, nous visitons la Neocueva de Altamirra, il s'agit d'une des plus belles grotte préhistorique d'Europe, qui a été reproduite pour pouvoir ètre visitée, tout comme celle de Lascaux en France. 

Affichage de P1100402.jpg en cours...

Pour l'après-midi, nous rejoignons la ville balnéaire de Comillas (Pepe a appris à Clara comment nous y conduire), où les élèves déjeunent sur la plage avant de se promener dans le petit port. Le soleil est revenu!!!

Affichage de P1100412.jpg en cours...

La visite qui attend les élèves est celle du Capricho de Gaudì, un des rares édifices construit par le célèbre architecte en dehors de la Catalogne. La visite est très surprenante, tout comme l'édifice, qui mélange plusieurs styles archéologiques. Le style "éclectique" intègre des influences très diverses comme l'art mudejar ou mauresque, gothique, roman, la brique, ou encore de nombreux motifs végétaux. Le guide fait beaucoup participer les élèves qui semblent enchantés de la visite, même si certains sont un peu craintifs à l'idée de jouer une des nombreuses mises en scène porposées par le guide. Le Capricho est plein de surprises puisque la musique et le soleil y sont toujours présents, et de nombreuses astuces sont trouvées pour la circulation de l'air dans l'architecture moderniste.

Affichage de P1100470.jpg en cours...

Malheureusement, nous n'avons pas assez de temps pour visiter le Palacio de Sobrellano car le car nous attend déjà, mais nous sommes impressionnés par le hall d'entrée et les façades néogothiques. Il faut croire que le marquis de Comillas voyait les choses en grand!

Finalement, nous repartons en car jusqu'à l'institut. A peine sommes nous sortis de la ville que la moitié du car dort déjà : il faut croire que tout le monde en avait besoin! Ce soir, tout le monde reste en famille, en casa, il faut se reposer un peu car demain les élèves ont cours au lycée de Muriedas, et ils seront reçus par le proviseur et par le maire de l'ayuntamiento de Camargo. 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe